Les neurosciences démontent 5 idées reçues sur le cerveau

Les neurosciences cognitives et comportementales découvrent chaque jour des choses extraordinaires sur le fonctionnement du cerveau. Dans leur livre « Le fabuleux pouvoir de votre cerveau »*, le docteur Deepack Chopra et le professeur Rudolph E.Tanzi**, nous présentent 5 idées sur le cerveau communément admises par notre société. Véritables mythes, elles constituent des obstacles à tout changement dans votre vie. Ce sont des informations capitales et avec un impact important sur notre qualité de vie, notre bonheur et notre santé. Je vous les résume dans cet article.

5 croyances bien ancrées qui influencent directement vos vies empêchant tout changement et en profondeur.

 

  • Le cerveau ne peut guérir de ses lésions.
  • Ce qui a été profondément ancré dans le cerveau ne peut être changé.
  • Le vieillissement cérébral est inévitable et irréversible.
  • Les cellules que perd le cerveau chaque jour ne peuvent être remplacées.
  • Les réactions primitives (peurs, colère, jalousie, agression) prennent le pas sur le cerveau supérieur.

 

Mythe n°1 : Le cerveau ne peut guérir de ses lésions.

Lorsque l’on est confronté à un traumatisme, les cellules nerveuses et leurs connexions (synapses) disparaissent. Il est encore communément admis qu’il n’est pas possible que ces cellules et connexions puissent être recréées.

Or, ce que nous avons appris de merveilleux grâce aux différentes recherches en neurosciences, c’est que les neurones voisins aux cellules abimées, vont réaliser une « régénération compensatoire ». Il s’agit ni plus ni moins de recréer le réseau neuronal endommagé.

On retrouve d’ailleurs ce mode opératoire au niveau du système nerveux lorsque l’on se coupe; les cellules vont se reconstituer en quelque temps, à l’identique.

 

Mythe n° 2 : Ce qui a été profondément ancré dans le cerveau ne peut être changé.

Voici la deuxième croyance limitante sur le cerveau qui a de nombreuses conséquences sur nos vies.

Lors de mes accompagnements avec mes clients, nous travaillons très souvent sur ce sujet. Effectivement, il est central pour pouvoir changer des choses lorsque l’on prend conscience que nos comportements, nos pensées conduisent toujours à des résultats qui ne nous conviennent pas et qui génèrent mal-être et souffrance.

En fait, il faut intégrer ici qu’il n’est pas nécessaire d’attendre une lésion pour que de nouvelles connexions soient créées. Votre cerveau se remodèle à chaque instant. C’est ce que qu’on nomme la « neuroplasticité » (Neuro = neurone et Plasticité = malléabilité, adaptabilité, souplesse).

La grande nouvelle ici, validée par les études en neurosciences, est que nous pouvons assez facilement aller désactiver et « désinstaller » des informations, des programmes dans le cerveau que ce soient des informations liées à des événements, situations, anciens voire très anciens. Que ceux-ci soient sans gravité ou traumatiques.

 

Psych K, un outil inspiré de ces découvertes.

La re programmation de nos schémas inconscients qui nous desservent par de nouveaux qui nous portent, c’est ce que permet Psych K.

J’utilise Psych K depuis de nombreuses années avec beaucoup d’efficacité pour aider mes clients à changer leurs comportements en profondeur. Grâce à cette méthode, ils peuvent sortir des fonctionnements qu’ils ne souhaitent plus et en adopter de nouveaux !

De même qu’il est capable d’intégrer durant toute votre vie de nouveaux savoirs, de nouvelles connaissances, gestes…, votre cerveau interagit avec vous en permanence. Il est adaptable à l’infini. Pourquoi alors se priver d’utiliser tous ses potentiels pour améliorer votre bien-être ?

 

Mythe n°3 : Le vieillissement cérébral est inévitable et irréversible.

Le déclin physique et mental au fur et à mesure que l’on avance dans la vie est un mythe bien ancré. On l’ancre et on le renforce en disant par exemple : « Elle perd la tête, c’est normal avec son âge »  ou « Avec l’âge, je n’arrive plus à me souvenir de rien… ».

Maintenant, on sait grâce aux recherches faites en neurosciences, que les cellules neuronales ne meurent pas avec le vieillissement et que toute la vie celles-ci se régénèrent et de nouvelles peuvent être créées. Tous les espoirs sont donc permis !

Comment expliquer qu’avec l’âge, certains ont des capacités qui s’améliorent ?

Il est vrai que l’on constate aujourd’hui que de nombreuses personnes sont impactées au niveau de leurs capacités neuronales au fur et à mesure qu’elles avancent en âge. Pourtant, force est de constater aussi que de plus en plus de personnes âgées se portent de mieux en mieux jusqu’à un âge fort avancé.

Alors qu’elle est l’explication ? La chance ? Les gènes ?
Ce que nous disent les neurosciences c’est que c’est le poids de cette croyance profondément ancrée (« c’est trop tard maintenant, je ne peux pas changer » ou « il ne va pas changer »), ajoutée au stress omniprésent dans notre quotidien (qui va perturber la qualité des connexions) et vont entraver le potentiels d’apprentissage.

Mais la science va plus loin et explique les fameux « trous de mémoires » qui nous font tout oublier, par en fait une paresse du cerveau suite à une carence d’apprentissages que nous installons au fil du temps avec le fait de croire qu’avec le temps (l’âge), on retient moins bien et que rien ne peut changer ».

Ainsi, si nous retrouvons la joie, l’envie, la curiosité et l’énergie d’apprendre de notre jeunesse, notre cerveau saura répondre présent comme avant… le tout étant d’y croire et de ré enclencher le processus en passant outre les doutes, les réflexions sclérosantes et aliénantes qui disent « si ça se passait comme cela, on le saurait… », « c’est n’importe quoi, je n’y croit pas »….

Demandez-vous d’ailleurs pourquoi on ne parle pas plus de tout ça dans les média grands publics…

 

Mythe n°4 – Les cellules perdues ne peuvent être remplacées.

C’est totalement faux !

Le cerveau perd en moyenne un neurone cortical par seconde mais c’est infime comparé à l’ensemble de nos neurones. Les auteurs nous disent qu’il faudrait environ 600 ans pour perdre la moitié des neurones du cerveau. Pas de panique donc !

Retenons ici qu’avec le vieillissement, des zones clés du cerveau liées à la mémoire et à l’apprentissage, continuent de produire des cellules nerveuses. De plus, ce processus peut être dynamisé par l’exercice physique, les activités mentales stimulantes et l’interaction sociale.

 

Mythe n°5 – Les réactions primitives (peurs, colère, jalousie, agression) prennent le pas sur le cerveau supérieur.

Ou autrement dit : nous sommes victimes de nos émotions négatives et notre cerveau ne peut pas réagir.

Tout d’abord, définissons ce que les auteurs appellent le « cerveau de base » et le « cerveau supérieur ».  Le cerveau de base fonctionne de façon automatique, machinale, au travers d’habitudes (l’inconscient). Le cerveau supérieur (ou supercerveau) est à l’inverse dans la conscience, l’ouverture, la création et adaptable à l’infini.

Les animaux fonctionnent en mode instinctif  alors que les humains sont dotés d’une conscience. Grâce à elle, ils ressentent de la souffrance en fonction de leur monde intérieur. Cette souffrance se traduit souvent par des symptômes physiques.

Si nous nous laissons mener par le cerveau de base, alors nous laissons notre pouvoir personnel au placard. Cela revient à nous mettre en pilote automatique. Conséquence directe : nous subissons nos vies au gré des aléas, épreuves et expériences difficiles.

Or dans la vie, nous avons toujours le choix. Le choix de ne rien changer et de continuer dans des situations qui ne nous conviennent pas. Ou le choix que cela change et de faire le nécessaire pour cela.

C’est alors que nous devons utiliser notre cerveau supérieur. Il va nous permettre, en conscience, d’analyser, de décider, de faire des choix appropriés pour nous. Résultat :   nous permetre d’avancer de façon épanouissante et constructive dans nos vies.

 

Reprenez votre pouvoir personnel grâce aux neurosciences.

Il n’est pas aisé au début de décider de s’affranchir de ces idées préconçues et des pensées de notre mental sur le sujet.  Ainsi, on a souvent des réflexions du genre : “Si c’était vrai, pourquoi est-ce qu’on n’en parle pas plus dans les médias ?…”.
En fait, l’explication est qu’il est toujours très difficile et surtout très long de détruire des mythes.

Egalement, acceptons le fait que cette ignorance du grand public peut en arranger certains… Mais nul doute que les découvertes réalisées en permanence par les neurosciences, se feront petit à petit connaitre du plus grand nombre.

Ainsi, une fois que nous avons choisis d’y apporter du crédit et de les expérimenter, nous allons mettre tout en œuvre pour ne plus laisser le cerveau de base nous diriger à notre insu. Et comme par magie… tout va change autour de nous.

C’est pourquoi, nous pouvons devenir acteur de notre vie, plutôt que victime des évenements extérieurs et des circonstances. Plutôt chouette comme perspective non ?
Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai choisi mon camp !

 

 

Vous pourriez également être intéresser par ces articles :

Comment expliquer la répétition des scénarios de nos vies

En savoir plus sur Psych K.

*« Le fabuleux pouvoir de votre cerveau » chez Guy Trédaniel

** Deepack Chopra est docteur en médecine, formé à la médecine interne et en endocrinologie, conférencier et auteur. Rudolph E.Tanzi, est le directeur de l’unité de recherche sur la génétique et le vieillissement de l’Hôpital Général du Massachusset. Il est également professeur de neurologie à l’université de Harvard.

 

 

Crédit photo : @Loïc Furhoff

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.